COMFORTABLE STUDIO IN CANNES LA BOCCA(AZUREAN COST-FRANCE),IN FRONT OF THE MEDITERRANEAN SEA

Saint Denis d'Oléron
   
   
   
   
Saint Denis Saint Denis' harbour
Mediacase: 01/19/2008 inauguration Mediacase: children\'s room
La Boirie's beach, in front of the house The market (in winter)
Saint Denis' place and church Saint Denis' harbour
UN BONJHOUR DU JAU
Comme vous savez, jhe seus encruchaté en haut d'nout'église depeux pas mal de temps et jh'm'y trouve bin benaise, qu'o mouille ou qu'o fasse bià. Jh'avons pas eu juillet et aoûte bin coume o faut, mais jh'nous avons rattrapé en septembre. O l'est pourquoi Jhules et La Mélie, sa bourghoise avant été jhouer les touristes pendant chieuques jhours sur l'continent. En s'peurmenant dans un villaghe, tout d'un cot, Jhules disit à La Mélie "Voué-tu c'que jh'voye ?" "Eh voui" qu'dit chielle femme "jh'ai mes bounes lunettes et jh'vois un chat qu'est en train de bouère dau lait dans ine assiette à calotte"."O l'é bin ça" qu'dit Jhules, "mais tu peux m'en crère, chielle assiette date pas d'aujhourd'hui, o l'é quasiment ine relique qui date p'têtre bin de thieu gars d'Bernard Palissy, et j'ai beun envie d'zou acheter".
"Achètes zou donc" qu'dit La Mélie, mais fait beun attention que le propriétaire s'minfit et t'fasse pôner les euilles de la tête. Peurpose zi donc d'abord d'zi ach'ter le chat, et quand tu zou auras payé, demande zi, mine de reun, d'emporter l'assiette pour pas que thieu bétiau crève de souef en route". O s'est passé d'même pour l'achat (soixante euros quand même!), mais quand Jhules a voulut emporter thielle assiette, l'autre a reun voulu savouère, disant "jh'la garde thielle assiette, pensez donc, elle m'a déjà fait vendre une dizaine de chats!".
D'après G.B. dans le bulletin municipal de décembre 2007.
IN BABELUCHE DU JHAU
Saqué en haut d'thieu ciocher depuis jhuillet 2003 mine de reun, que jh'vous raconte ma vie qu'est pas trop à piaindre. Jhe domine la situation et jh'essaie de vous prédire le temps suivant qu'le vent buffe d'un bord sur l'autre et m'fait virouner. Et puis, comme le son monte, o' m'arrive, si jh'ouvre bin mes oumerolles, d'entendre quièques conversations. O' m'revient de thieuque chose qui s'a dit à la sortie d'l'enterrement d'un chrétien, o' y a une couple d'années."Disez donc" que d'mande un gars "de quoi qu'il est mort le défunt?" et l'autre zi répond "on n'en sait reun, on sait même pas de quoi il vivait!". O'y a tout des mariaghes où i'z'arrosant les mariés avec des genres de confettis en papier en forme de coeur qui quèques foués montant jhusqu'à moi, o l'é bin ghentil. O' l'arrive o'tout qu'à certains maraighes, i'tirant des cots de fusille, et là o'm'fait quasiment pour! C'que jh'aime bin, o'lé thielle animation du marché de jhour. L'été o' lé tous les jhours et o'm'arrive de r'vouère des ambulants qui rev'nant tous les ans. L'après-midi, o' y a pus reun et jh'peux piquer un p'tit songhe jhusqu'au lendemain. En septembre, i' z'avant inventé sur la piace le marché de neut. Jh'm'en plains pas, au contraire, o' m'fait d'la distraction, et pis o'y a d'la musique d'aneut et o'tout d'autrefois. O' m'rajheunzit !
O l'é pas l'tout de jhavasser. Pour un p'tit mé, jh'allions oublier de vous souhaiter à teurtous ine très boune année. Portez vous beunaise tous les jhours (et les neuts) et que 2009 vous charrie un pien bassiot de bounes et jholies choses.
D'après le s'crétaire du Jhau: G.B. dans le bulletin municipal de décembre 2008.
IN JHAVASSERIE DU JHAU
A l'heure d'aneut, jhe seus encouère de c'monde tout en haut d'nout biâ kiocher, là vour jhe vous indique d'où vient le vent.
Et à thieu propos, jh'aime meux vous dire que pendant thiel hiver passé,o l'a buffé et pas pour rire! fan d'louc! jh'en ai encouère les plumes toutes retournées. Jh'ai fait l'inventaire, o n'en manque pas!
Asteur, o l'est les biâs jhours, et les plus longs de l'année, là vour que l'soulail va nous grâler la piâ! déjhà fin jhuin, le mitan d'l'année vous rendez-vous compte? coume le temps passe! A thien sujhet, o'm'fait souvenance d'ine dame de St Denis à qui des drôles, tout pien ch&eacirc;tits, aimiant zi dire "comme le temps passe!"... pour avouè sa r´ponse qui était teurjhou la même: "non, mes enfants, c'est nous qui passons!" o l'est bin vrai!
Comme jh'veux pas vous faire perdre trop d'temps à écouter mes ricouènes, je souhaite à teurtous boun été, bounes vacances et jh'vous dis à la revouèyure! (o l'est coume thieu qu'o s'écrit).
D'après le s'crétaire du Jhau: G.B. dans le bulletin municipal de juillet/août 2009.
LE JHAU ET SES AMIS
Jh'vous ai déjha dit que jh'seus content d'mon sort tout en haut du ciocher d'nout égu'yise et qu'avec le vent qui buffe de temps en temps jhe vire dans tous les sens pour vous dire d'où qu'o vint. Et puis c'que jh'vous avais pas dit o' lé qu'jh'ai d'la visite avec tous thielés oziats, mes copains, qui v'nant m'faire la bise ou m'demander le portement. Jh'arrêtons pas d'jhavasser coume o lé pas possible!
C'que jh'aime bin, o' lé les mouettes, surtout thiellès-là qui s'app'lant des rieuses. Avec un nom d'même on risque pas d's'enneuiller! O' y a otout un vieux copain, un hibou, qu'arrâte pas d'dire "o'lé"chouette" de v'nir te vouère". Jh'y réponds "tu vins quand tu veux, chemin "faisant" sans que jh'te fasse "cygne""
O' l'a tout des ajasses qui jhacassant, bin sur, comme des pies, tellement qu'on en est soubré! Et puis o'y a des grolles, et à chaque foué o' m'fait penser à thielle-là d'la fable du corbeau et du renard. Et à thieu propos, o'y a-t-un noummé "Bounicot d'Cougnat" qu'a-t-écrit thielle fable en patois d'cheu nous, bin sur, en 1912; o' lé pas d'hier, avec la morale comme thieu:
"Mais saquez vous donc dans la caboche
"Que quand on aime les compliments
"Faut terghous avouère la langue à la poche
"On a jhuste pour soun argent"
Jh'a fait meune thielle morale, et jh'vas vous quitter non sans vous souhaiter boune santé et boune et jhoyeuse année à teurtous.

D'après le s'crétaire du Jhau: G.B. dans le bulletin municipal de décembre 2009/janvier 2010.
LE JHAU ET SES AMIS
Bin l'bonjhour à teurtous
Avant d'parler d'aute chose, jh'pourris bin, autout, vous parler de thielle tempête Xynthia, mais après c'qu'o y a eu d'écrit, de jhavassé, de polémiques, jhe m'contenterai d'ine pieuse pensée pour toutes thiellées familles qu'avant perdu quelqu'un dans thielle catastrophe.
Jhe voudris bin savouèr d'où qu'o vint thieu châfre de Xynthia. Si quelqu'un zou sait, il a qu'à monter m'zou dire en haut du ciocher. Merci beun d'avance.
Jhe jhavasserons en saintongheais, nout biâ langaghe qui, vous savez p'têtre pas, mais "le saintongeais fait désormais partie de manière autonome de la liste des langues de France" o lé le texte officiel qui zou acertaine, et thieu depuis 2007.
Et à thieu peurpos, jh'vous baille ine des meilleures définitions (à moun humble avis) du saintongheais. Elle est de Burgaud des Marets qu'a-t-écrit "le saintongheais, mon fi, o l'est tout thieu qui reste du jhargon qui parliant au paradis terrestre"."
En attendant, jhe vous souhaite à teurtous, les autochtones coume les baignassous, un boun été et de bounes vacances.

D'après le s'crétaire du Jhau: G.B., dans le bulletin municipal de juillet 2010.